Le blues de l’anniversaire

Attention ! Billet à tendance déprimée/déprimante !

—-

C’est toujours un grand jour que l’anniversaire de mes petits chéris.

Ils attendent ça avec impatience toute l’année et dès que le mois de leur anniversaire débute ils se mettent à compter le nombre de jours (ou de dodos, selon l’âge) qu’il reste avant le grand moment. Ils me donnent des directives (« je veux un gâteau Flash McQueen ! ») et tentent de deviner quels cadeaux ils vont recevoir (« Tu penses que j’aurais le géant hélicoptère Planes ? »)

Et moi, je passe des jours à tout préparer pour que ce soit un moment inoubliable. Je leur sélectionne une playlist d’enfer sur Deezer avec « Papaoutai » et « Li tourner li tourner« . Je leur concocte leur repas préféré. Je leur prépare un gâteau que je décore grâce à la méthode du Windows color (et hop ! je me fais un petit peu de pub ! si vous n’avez pas encore lu cet article c’est ). J’invite leurs grands-parents, leurs parrains et leurs marraines à se joindre à notre famille pour célébrer ce grand jour.

Et pourtant, au milieu des rires et de la joie quasi palpable de choupinet(te), ma joie à moi reste douce-amère.

En regardant ce petit grand ou cette poucinette souffler les bougies qui ornent son gâteau, je ne peux m’empêcher de repenser au moment où je les ai vus pour la première fois. A leurs tous petits doigts. A leurs petits pieds. A leur odeur. A leur peau légèrement frippée. A leur premier regard. A notre première tétée, première d’une longue et pourtant si courte liste. C’était hier non ? Non ?

Et en pensant à ces quelques années qui sont passées comme des mois, je ne peux pas ne pas pressentir que les prochaines ne ralentiront pas. Et bientôt il y aura 10 bougies, 18 bougies, 25 bougies sur ce gâteau. Et moi, je serais sans doute dans le même état d’esprit qu’aujourd’hui. Heureuse de leur bonheur, sans l’être tout à fait totalement. Fière de ce qu’ils sont devenus, nostalgique de ce qu’ils étaient.

J’aurais bien envie de me confier, qu’on me remonte un peu le moral, qu’on me dise « Eh oh ! profite de l’instant présent ! » ou juste qu’on compatisse avec moi.

Mais à qui le pourrais-je ?

Mon chéri ? « Toi, tu as tes règles aujourd’hui ! »

Super-Copine ? « Tu sais, on ne fait pas des enfants pour les garder pour soi. »

Mon enfant ? « Regarde maman l’hélicoptère il s’envole tout là haut tout là haut ! »

Sur Facebook ? « Joyeux anniversaire à ton loulou ! »

Non.

Je sais que je n’ai pas mis au monde mes enfants pour moi. Je sais qu’ils grandiront, qu’ils partiront, qu’ils m’oublieront un peu. Et je le leur souhaite. Mais est-ce être égoïste que de souhaiter aussi que le temps passe le plus lentement possible ?

—-

P.S. C’est l’anniversaire de SirPouetPouet aujourd’hui, c’était celui de MissTrouspette la semaine passée. Mes deux plus petits loulous. Et je n’ai rien trouvé d’amusant à raconter à ce sujet, désolée.

P.S. 2 Je ne suis pas la seule à éprouver un peu de nostalgie de temps à autre ? Si ?

P.S. 3 : Si vous voulez me remonter le moral, commentez, cliquez sur le bouton de Facebook juste en-dessous de ce message, parlez de moi à vos amis…

P.S. 4 Pour égayer un peu tout ça, je vous propose la photo d’un carlin. Parce que j’adore les carlins.

Publicités

Une réflexion sur “Le blues de l’anniversaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s