Fly Lady : théorie de l’évier et autres philosophies – partie 1

Ça fait plusieurs années que je « vole » sans fumée sans alcool mais je ne pensais pas en parler sur ce blog. Il y en a déjà tellement d’autres qui abordent cette méthode. Malgré tout, lorsque j’ai abordé le sujet avec plusieurs copines, je me suis rendue compte en leur cherchant des liens que la plupart du temps on ne trouve que des recettes de cuisine.

Alors, pour avoir une maison ordonnée, il faut 15mn de désencombrement, une bonne dose de routine et un soupçon de hotspots. Gné ?

Non.

Si Fly Lady est bien une méthode d’organisation et de rangement, elle est surtout un coaching de vie.

flylady

J’ai découvert Fly Lady il y a longtemps et pendant des années je me suis escrimée à suivre une demie méthode, à remonter du train maintes fois après avoir lâché, à m’agripper aux routines tout en refusant de suivre scrupuleusement ce qu’une américaine qui ne me connait pas a écrit. Ce fut mon erreur.

Depuis j’ai pris du temps pour découvrir et vraiment comprendre cette philosophie et ce que signifie chacune des étapes. Je me suis rendue compte que c’est par là qu’il faut débuter : comprendre puis assimiler. Et enfin faire.

C’est parti ?

*********************

Commençons par la définition de ce nom : Fly Lady. Qui est parfois très mal traduit en fée du logis. Or la méthode ne prétend pas nous transformer en fée du logis ! Elle promet de nous offrir à la fois une maison ordonnée et du temps. Et pour cela il faut parfois faire taire notre perfectionnisme. Mieux vaut fait que parfait, l’un des premiers credos des Fly Ladies.

Fly signifie voler. Se voir pousser des ailes. Se sentir libre. C’est paradoxal pour une méthode aussi directive, mais les flys addicts sont unanimes : une fois la méthode intégrée elles se sont senties bien plus libres, comme en partie soulagées du poids que demande l’énergie pour faire le ménage.

En extrapolant je dirai que moi ça m’a permis d’avoir de vrais temps libres. Avant la méthode, j’avais toujours l’impression de voler mes loisirs, mon petit quart d’heure de lecture, mon heure de papotage chez une copine…

FLY est aussi un acronyme : Finally Loving Yourself. S’aimer soi-même.  C’est quelque chose qui revient aussi dans les 11 commandements de Fly Lady.

Que voici :

1/ Tu garderas ton évier propre et brillant.

Si vous vous intéressez un peu plus à la méthode, vous verrez vite que cette histoire d’évier est récurrente. Elle est même dans le titre du livre de la grande prêtresse Marla CILLEY : Entretiens avec mon évier. C’est dire ! Pourquoi l’évier ? Parce qu’un évier brillant attire l’oeil. Le résultat est visible de suite. La fierté qui en découle est toute aussi rapide et motivante. Et comme la propreté attire la propreté, vous aurez vite envie qu’elle contamine le plan de travail qui est à côté, puis la gazinière et enfin toute la cuisine. J’ai des « éviers » dans chaque recoin de ma maison. Dans mon séjour c’est la nappe que j’étends sur ma table après chaque repas. Dans ma chambre, c’est mon lit fait qui envoie à mon esprit l’image d’une pièce finie. etc.

C’est un symbole. Un symbole qui fonctionne.

2/ Tu t’habilleras tous les matins, même si tu n’en as pas envie. Tu n’oublieras pas tes chaussures à lacet.

Pour certains c’est logique, il ne leur viendrait pas à l’idée de rester toute la journée en pyjama. En pyjama non, mais en jogging usé ?

Quand on fly, on s’habille, pour de vrai. On choisit une tenue qu’on est heureux de porter. Parce que c’est prouvé, on est plus actif dans une tenue d’actif et à l’inverse on a plus tendance à procrastiner avec de grosses pantoufles au pied.

Cette règle existe aussi dans le but de pallier à tous les imprévus : partir sur un coup de tête acheter une baguette (au lieu de se dire que finalement non on mangera sans pain, pas le courage), accueillir un ami à l’improviste etc.

Bon j’avoue, les chaussures à lacet, comme beaucoup d’autres, je zappe. Mais les grosses pantoufles en forme de Bob l’éponge aussi.

3/ Tu feras ta routine MATIN et SOIR tous les jours.

La routine c’est LE point important de la méthode.

Ça consiste à se conditionner à faire certaines tâches de manière automatique, sans dépenser d’énergie à y penser. Ça contribue à laisser derrière soi une maison un minimum ordonnée, à ne plus se laisser rattraper par le CHAOS.  C’est faire son lit au réveil par exemple, ranger son manteau en rentrant, débarrasser la table après le repas, préparer ses vêtements avant le coucher etc. etc. A chacun ses routines.

4/ Tu ne te laisseras pas distraire par ton ordinateur.

Ou par son smartphone… La télé… Les petits oiseaux qui piaillent…

5/ Tu rangeras derrière toi. Ce que tu sortiras, tu le rangeras.

A se répéter encore et encore. Et encore.

6/ Tu n’essaieras pas de faire deux choses à la fois.

On est tellement plus productif lorsqu’on se concentre sur une seule tâche.

7/ Tu ne sortiras pas plus de choses que tu ne peux ranger en une heure.

En 15mn même. Finies les cessions de rangement interminables !

Vous connaissez ce moment où vous profitez d’une grande motivation pour sortir tout le bazar accumulé dans votre armoire / la chambre des enfants / le meuble à n’importe quoi de la cuisine ? Vous rangez, vous rangez, et viens toujours un moment où vous en avez marre, où vous souhaitez une pause ou tout laisser tomber. Et vous en avez encore pour des heures avant que tout soit au top. Alors vous continuez en maugréant ou vous laissez tout dans un coin jusqu’à la prochaine émergence de courage.

Je suis plutôt partisane de la deuxième solution moi, et je me retrouvais souvent avec l’impression que c’était moins bien rangé APRÈS qu’AVANT.

Et bien chez Fly, on ne range jamais tout en une fois si ça prend plus de 15mn chrono en main pour justement éviter ces moments de découragement. Le désordre ne s’est pas installé en un jour, il ne partira pas en un jour est un autre des crédos des Flys.

8/ Tu feras quelque chose pour toi chaque jour.

On ne peut pas bien prendre soin des autres et de sa maisonnée sans prendre soin de soi-même si on ne veut pas s’épuiser à la tâche et devenir aigri. On le sait, mais cela fait du bien de le réentendre.

9/ Tu travailleras le plus vite possible pour que ce soit fait. Cela te laissera plus de temps pour toi.

CQFD

10/ Tu souriras même si tu n’en as pas envie. C’est contagieux. Tu décideras d’être contente et tu le seras.

Même sans Fly Lady c’est un peu ma philosophie. Décider. Agir.

11/ Tu n’oublieras pas de rire tous les jours. Ni de prendre soin de toi. Car tu le mérites.

******************

Il y a une autre phrase « magique » de Fly Lady qui m’a beaucoup parlé et qui dit ceci : « à chaque fois que tu sors d’une pièce, regarde autour de toi et fais quelque chose pour l’embellir« 

Regarder… Embellir…

Je vivais dans ma maison, j’y passais tout mon temps mais prenais-je réellement le temps de la regarder ? Me posais-je parfois pour me dire que vraiment j’aime la couleur de ses murs, que ce cadre me plait toujours autant et qu’un joli vase parferait le tableau ?

Faire le ménage, ce n’est pas seulement refaire les mêmes tâches ingrates : c’est regarder, embellir, prendre soin de son foyer.

Et ça se répercute sur nous : la première routine imposée par FlyLady est bien de se regarder, de s’embellir, de prendre soin de soi jour après jour.

***************

Il y a une expression que je me répète les jours down : « ne fais pas ta Franny »

Franny, pour une fly, c’est elle : FRANNYUne personne abattue, qui se laisse aller. Pas engageant n’est-ce pas ?

Surtout quand on a découvert qu’il suffit d’un peu d’effort pour devenir celle que l’on est.

************************

Vous pouvez souffler, je garde toute la partie « on passe à l’action ! » pour la semaine prochaine, sous peine de finir par vous offrir un billet vraiment indigeste.

Si vous avez envie de vous renseigner un peu plus sur la méthode d’ici là je vous conseille d’acheter le livre de Marla Cilley qui est à l’origine de tout :

flyOu de vous tourner vers le forum qui est certes un chouia compliqué mais très riche en informations et en conseils.

Vous pouvez aussi rejoindre un des groupes Facebook sur la méthode. J’aime particulièrement celui-ci et celui-là.

À bientôt ! Souriez aujourd’hui !

Publicités

Le pot du bonheur – Verdict.

Il n’est pas trop tard pour vous souhaiter une bonne et heureuse année 2015 ?

Après tout on est encore au mois de janvier, alors je vous souhaite que chaque jour de cette année vous apporte un rire d’enfant, un moment rien qu’à vous, de réaliser une chose qui vous tient à coeur, une occasion de mettre un papier dans le pot des petits bonheurs.

Qu’est-ce que c’est que ce bidule ?

L’année dernière j’ai découvert sur Facebook une joyeuse idée à mettre en place en famille : installer un bocal dans lequel chacun pourrait aller y déposer ses moments positifs sous forme de petits papiers. Deux buts : se rendre compte des petites joies de la vie et passer un bon moment à la fin de l’année à relire tout ça ensemble. C’était décidé : ce serait notre bonne résolution de 2014. Je vous le racontais ici.

Je peux à présent en dresser le bilan.

Les premiers jours, tout beau tout neuf, les filles se sont empressés de noter chacun de leur petit plaisir, aussi minime soit-il. Et puis la nouveauté s’est émoussée, l’envie aussi. Pour tout vous dire, le mois de janvier constituait la moitié des anecdotes présentes, au point que je ne pensais pas renouveler l’expérience une année supplémentaire.

Et puis, j’ai changé d’avis…

image

Nous avons ouvert le bocal le 2 janvier et ce fût réellement un chouette moment. Nous avons retrouvé des tickets de cinéma (oh tiens ça fait 1 an pile que nous avons été voir La reine des neiges ! C’est fou j’ai l’impression que ça fait beaucoup plus longtemps !), nous nous sommes rappelés des moments que nous avions oublié (quoi ! Nous avons fêté nouvel an 2014 jusqu’à 19h !) et j’ai découvert des anecdotes que je ne connaissais pas. Mes filles avaient continué à alimenter le pot en toute discrétion. C’est ce dernier point qui m’a d’ailleurs fait le plus plaisir je crois. Même si j’ai découvert que MissTinguette avait noté que j’avais dépassé un camion sur l’autoroute pour la première fois de ma vie en novembre. Pestouille !

Et finalement de pot du bonheur c’est devenu le pot des souvenirs, et j’ai ressenti le besoin d’y glisser un petit mot concernant les évènements qui se sont produits récemment dans notre beau pays. Je suis Charlie !

En avant 2015 !

Idées cadeaux pour maitres et maitresses

Voilà, c’est parti pour la dernière ligne droite avant les vacances.

A moi (et peut-être à vous aussi) les derniers tournois de basket, les kermesses, les conseils d’école, les sorties de fin d’année. Et… les cadeaux pour remercier les différents instituteurs d’avoir si bien supporté nos affreux.

Moi j’essaie dans la mesure du possible de faire des cadeaux faits-maison. J’aime le fait que ce soit vraiment personnalisé, et qu’on s’y mette tous ensemble avec les enfants. Le seul souci c’est d’être un minimum à la hauteur vu les superbes objets que fabriquent les loulous. A la maternelle surtout. Parce qu’en primaire, on voit que ça n’est pas leur priorité. Je me demande même certaines années si les instits n’attendent que ça pour se venger des vilains parents qui les enquiquinent tout au long de l’année. Gniark gniark.

 » Oh une broche ! C’est… très gentil ma chérie. … Tu veux que je la porte ? Non mais tu veux dire dehors ? … Non mais c’est que c’est fragile une broche, je ne voudrais pas l’abîmer ou la perdre tu vois … Bon, d’accord  »

 

 

Une année j’ai fait des chocolats maison qui ont été très appréciés. Vous pouvez retrouver le détail ici.

 

 

Une année nous avons fait du jardinage. Nous avons réalisé de jolies petites compositions de plantes aromatiques. Joli, simple, utile, pas cher. Et les enfants sont très heureux de mettre les mains dans le terreau.

DSC06993 DSC06999

 

L’an passé nous avons préparé des S.O.S Cookies. Si comme moi vous êtes fans de Pinterest, vous devez connaître.

C’est tout simplement un bocal rempli de tous les ingrédients secs nécessaires à la réalisation de ces petits biscuits, plus la recette, à ouvrir en cas de fringale !

L’idée est tellement géniale qu’elle a été copiée par plusieurs magasins qui proposent la même chose, en moins personnel et moins joli (je suis de mauvaise foi parfaitement) et beaucoup plus onéreux.

Elle peut être déclinée en de multiples supports : on peut imaginer un kit pour chocolat chaud, un kit pour brownie, etc. etc.

1000128_10200610050265993_1742675298_n 1045097_10200610208389946_837276034_n

Voici les ingrédients que les enfants ont mis en alternant les couleurs pour faire de jolis pots :

225g de farine
1 sachet de sucre vanillé
1 sachet de levure chimique
50g de sucre
125G de cassonade
1 pincée de sel
100g de pralin
100G de pépites de choco ou chunks

et voici le texte de la recette qu’ils ont écrit :

ajouter 125g de beurre fondu et un oeuf. Faire des petites boules et cuire à 180  degrés pendant 15 à 20mns.

 

 

Cette année j’ai bien ma petite idée, mais je vous en ferais part quand elle sera plus concrète. Plus que 3 semaines ! Tic tac, tic tac !

 

 

Et vous, vous offrez quoi aux instituteurs/trices de vos enfants ?

Je serais plus que contente si je pouvais présenter vos idées dans un prochain billet, histoire de m’inspirer de vous pour les prochaines années à venir (4 cadeaux à réaliser chaque fin d’année, avec 4 nains, ça ressemble presque à l’usine du Père Noël cette histoire. Sauf que je porte mieux le rouge)

Pour un coucher sans heurt et sans angoisse

Je crois que s’il y a bien un point qui pose des difficultés aux parents à un moment ou à un autre, c’est le moment du coucher.

Il y a les bébés qui n’arrivent pas à trouver le sommeil sans accompagnement (pour ne pas ajouter sans bercement, tétée…).

Il y a les petits qui ne parviennent pas à rester tranquilles dans leur lit au moment fatidique, qui réclament un énième verre d’eau, une autre pause pipi…

Et il y a les un peu plus grands qui angoissent à l’approche de la nuit. Peur du loup/monstre/vilain cambrioleur. Angoisse de la séparation. Difficulté à mettre ses idées sur pause. C’est ce qui arrive actuellement à MissBelette (7 ans) qui pourtant jusque là n’avait jamais eu de problèmes pour s’endormir le soir.

Pourtant rien n’a changé à la maison. Je veille toujours à ne rien lui fournir d’énervant le soir : ni expresso serré, ni chanson de René la Taupe, ni petite séance dans le trampoline.

J’ai bien tenté de prolonger le rituel du soir, de lui faire un gros câlin, de lui lire une histoire. En vain.

J’ai aussi discuté avec elle, écouté ses peurs, lui ai démontré à quel point elles étaient infondées (non, personne ne peut entrer par sa fenêtre… Plus difficile quand elle évoque sa peur de la mort…) mais c’est comme expliquer point par point à un arachnophobe pourquoi une araignée n’est pas une bête vilaine et à quel point elle est utile dans notre écosystème. Ses peurs sont irraisonnées, elles vont donc au-delà de tout raisonnement logique.

Puis j’ai eu l’idée de lui proposer un temps de méditation. Ca m’aide beaucoup moi, alors pourquoi pas elle ?

N’étant pas assez douée pour amener quelqu’un au calme sans le faire pouffer de rire, j’ai cherché une vidéo sur Youtube et je suis tombée sur celle-ci, géniale :

Cela fait une semaine qu’elle l’écoute tous les soirs, qu’elle la réclame quand j’oublie de lui mettre. Une semaine que le rituel du soir est redevenu simple. Une semaine qu’elle s’endort apaisée.

Je recommande donc chaudement !

Et comme les grands esprits se rencontrent toujours (comme dit ma maman), le blog Entre Terre et Mère détaille le livre-CD dont est issue cette vidéo dans son dernier article. C’est par ici.

Fabriquer ses chocolats maison

Ce week-end, c’est la fête des grands-mères !

Je suis sûre que dans mon lectorat il y en a un ou deux en train de se dire « et mince ! » à l’instant même.

C’est vrai que parfois on est en manque d’inspiration concernant les idées cadeaux pour les mamies.

L’idéal serait un cadeau fabriqué par les enfants. C’est leur grand-mère après tout, pas la nôtre. Mais que faire ?

Je vous propose aujourd’hui de vous lancer dans la confection de chocolats maison. « Parce que les fleurs c’est périssable et les chocolats c’est tellement bon. »

chocolats2

Qu’Est-ce que vous en dîtes ? On s’y met ? Allez !

En matériel nous avons besoin d’un moule à chocolat (eh oui, on ne peut pas y déroger… Hier j’en ai vu à 2€ à GIFI. Si vous n’avez pas de GIFI à proximité rassurez-vous ils en vendent aussi à Carrefour à moins de 10€) et d’un pinceau à pâtisserie. En matériaux (hommage à m. Denis, prof de techno, et à son cours sur la différence entre matériel et matériaux) il nous faudra au moins 300g de chocolat et de quoi faire une garniture : crème liquide, pâte à tartiner par exemple. Nous y reviendrons dans l’étape 2.

ETAPE 1

Chemiser, tapisser, recouvrir, peindre le fond des moules de chocolat fondu.

J’utilise du chocolat qui me plaît au goût, pas du chocolat pâtissier car justement je ne trouve pas le goût top.

Je commence par faire fondre 100g de chocolat au micro-ondes. Ça marche très bien, il suffit de mélanger le chocolat toutes les 30 secondes jusqu’à la fonte totale et ne surtout pas le faire trop cuire.

Ensuite on tapisse toutes les parois de chocolat fondu avec le pinceau à pâtisserie. C’est l’étape des enfants. Les miens font ça très bien, très concentrés sur leur tâche, et trempant allègrement leurs doigts dans le chocolat. Vaut mieux prévoir des vêtements ne craignant pas d’être salis, il s’agit d’une étape à haute possibilité salissante.

Placer le moule au frigo afin que le chocolat durcisse.

Et dès que mes loulous ne sont plus dans les parages, je joue à la maman indigne (ou à la maîtresse de maternelle, si si je sais qu’elles font TOUTES ça !) : je remets une petite couche de chocolat fondu au pinceau. Je colmate les trous, les brèches, le grand Canyon…

En règle générale : il faut toujours faire une deuxième couche ! C’est essentiel pour ne pas se planter lors du démoulage (étape 4).

ETAPE 2

Préparer la garniture.

Le truc top dans le fait-maison c’est sans conteste de pouvoir faire preuve d’inventivité et d’adapter les recettes selon ses goûts. Je vous propose donc quelques idées de remplissage mais libre à vous de faire preuve d’inventivité !

Les ganaches :

Pour faire une ganache il suffit de chauffer 75ml de crème liquide et de la verser sur 50g de chocolat (pâtissier de préférence, il tient mieux en texture) puis d’ajouter 50g de beurre.

À partir de là vous pouvez imaginer pleins de recettes : du chocolat noir avec une goutte de kirsh, du chocolat au lait avec une goutte d’amaretto, du chocolat pralinoise mélangé à du pralin pour un côté croquant, du chocolat au café ou au caramel (marque Nestlé spécial pâtisserie, ils sont tops). Je vous confie mon petit préféré : du chocolat blanc mélangé avec de la noix de coco pour un semblant de Raffaello de chez Ferrero.

Le caramel :

Je tiens cette recette de sauce au caramel de ma copine Gypsie et elle est vraiment divine (la sauce, quoique la copine aussi en fait).

– 200g de sucre en poudre (pas de sucre cristal)
– 20g de beurre (salé ou non)
– 2 sachets de sucre vanillé
– 165g de crème liquide (je prends de la demi-écrémée classique)
– une pincée de fleur de sel
(- éventuellement de la poudre de vanille)

Choisir une casserole de taille moyenne à fond épais (meilleure diffusion de chaleur). Chauffer à feu moyen (sur ma plaque de cuisson, je mets sur 5).
Mélanger le sucre et le sucre vanillé (+ éventuellement la vanille en poudre). Mettre 2 cuillères à soupe de sucre dans la casserole. Laisser fondre et très légèrement colorer.
Pendnat ce temps (ça met un petit temps à arriver à la fusion, mais il faut surveiller attentivement ça quand ça commence, ça brûle vite !), mettez la crème à réchauffer au micro-ondes, chaude mais ne doit pas bouillir.
Ajouter 2 cuillères de sucre au sucre fondu, mélanger doucement avec une cuillère en bois (ça évite la cuisson moins homogène avec risque que le sucre chauffe trop et prenne de l’amertume) puis laisser fondre. Ajouter encore 2 cuillères, et ainsi de suite jsuqu’à la fin du sucre. Ca va dorer au fur et à mesure. Il faut surveiller que ça ne dore pas trop vite et pas trop foncé sinon ça devient de suite amer.
Laisser finir de fondre en remuant doucement puis ajouter la crème et remuer en faisnat attention (si ça saute ça brûle fort !!!!!). Laisser sur le feu en remuant jsuqu’à ce que le mélange s’homogénéise (en théorie il faut remonter à 130°C je crois mais la seule fois où j’ai bossé avec le thermomètre, j’ia loupé mon caramel !!!!!! Alors je ne fais qu’au feeling, et je rate très rarement comme ça -et uniquement les fois où je fais autre chose en même temps et ne surveille pas correctement lol).

Enlever alors la casserole du feu et ajouter le beurre de suite en remuant (décuire avec le beurre, on dit), jusqu’à son incorporation totale.
Ajouter alors la pincée de fleur de sel (plus ou moins grosse selon que le beurre était salé ou non), remuer et verser dans un pot.

Après refroidissement, mettre au frais.

Autres :

Vous pouvez aussi y mettre du Nutella, de la pâte à tartiner Spéculoos ou n’importe quelle pâte à tartiner maison, de la confiture de fruits, de la confiture de lait…

Mais j’y pense… Savez-vous faire la confiture de lait ? Non ? Voici ma recette, vous allez voir elle est simplissime. Mettre une ou plusieurs boîtes de lait concentré sucré dans le panier de votre cocotte minute. Remplir la cocotte d’eau. Mettre à chauffer à pleine puissance et compter 25mns à partir du moment où la vapeur s’échappe. Si vous n’avez pas de cocotte minute, une casserole fait l’affaire, c’est juste plus long.

Remplissez chaque chocolat de la garniture choisie.

ETAPE 3

Refermer chaque chocolat avec du chocolat fondu.

Remettre au frigo.

ETAPE 4

Démouler. Comme dans toutes recettes c’est l’étape la plus délicate (pas à confier aux enfants quoi !). Si votre couche de chocolat est assez épaisse et vos chocolats bien frais il n’y aura aucun problème et ça se fera tout seul !

chocolats1

Une petite boîte de chocolat à imprimer, et voilà un cadeau plus que convenable ! À offrir à n’importe quelle occasion !

J’espère que ce pas à pas vous sera utile. N’hésitez pas à me donner vos avis en commentaires !

Organiser une fête pour enfants – Cinq règles pour commencer

Aujourd’hui, je vais vous donner quelques trucs pour organiser une chouette fête pour enfants (anniversaire, Halloween, Mardi Gras, toutes les occasions sont bonnes).

Balloons Wallpapers 1

En commençant à écrire cet article, je me suis rendue compte que j’avais beaucoup à dire sur le sujet. Alors, pour ne pas vous donner une indigestion, j’ai décidé de découper cet article en plusieurs billets. Ainsi, je vous tiendrais en haleine aussi sûrement qu’un épisode de Game of Thrones (bon ok, c’est exagéré).

———

La prunelle de vos yeux, votre chéri-chérubin-d’amour vous a demandé de lui offrir une fête d’anniversaire ? Et vous ne savez pas par où commencer ?

Aujourd’hui, je vous donne quelques règles pour réussir une fête qui plaît. Et qui ne vous donne pas envie de vous jeter par la fenêtre avant que tous les enfants ne soient rentrés dans leur modeste foyer.

Première règle : Pour votre santé mentale, n’invitez pas toute sa classe + tous ses copains de football ! Soyez raisonnables ! J’ai lu plusieurs fois que le nombre de convives idéal était égal à l’âge de l’enfant. Donc s’il a 6 ans, l’idéal serait d’inviter 6 invités. Mouais. Personnellement, je n’ai jamais pu raisonner ainsi.

« Et la petite voisine ? Et Emma qui changé d’école ? Et Hortense qui m’a invité à son anniversaire l’an passé ? »

Et voilà une petite douzaine d’enfants de grande section de maternelle ! Hourra !

Mais, franchement, je ne trouve pas que 10 enfants de 10 ans soient plus faciles à gérer et à canaliser que 10 enfants de 5 ans. C’est même parfois le contraire selon les 10 ans invités.

Despicable-Me-2-Minions-Pictures-Wallpaper-HD1

Là c’est trop !

despicable_me_2_minions-wallpaper1

Là c’est trop peu !

Je pense que le nombre d’invités idéal est un savant calcul entre le nombre d’adultes présents pour les surveiller (moi j’ai l’habitude de chaperonner la petite bande seule), de votre tolérance au bruit, de la place dont vous disposez (le plus important sans l’ombre d’un doute !) et des activités que vous souhaitez proposer. Ca dépend aussi beaucoup de votre enfant, eh oui ! S’épanouit-il dans un grand groupe ou se sent-il plus à l’aise au milieu d’un comité plus restreint ?

Pour avoir fêter des anniversaires avec 5 enfants et d’autres avec 13, je peux vous dire que l’ambiance de la fête n’est pas du tout la même ! Avec 5, c’est plus intime, et très joyeux. Les enfants se parlent beaucoup et interagissent énormément ensemble. Les activités calmes ou manuelles remportent un franc succès. Avec 13, l’ambiance est plus bruyante, plus délurée, plus festive. Les grands jeux (les chaises musicales par exemple) sont très appréciés, voire nécessaires. De petits groupes à l’intérieur du grand peuvent se former, il est souvent essentiel d’être là, présent, pour empêcher que des enfants se sentent mis à l’écart, parce qu’ils sont plus timides, moins sûrs d’eux ou qu’ils ne connaissent pas tout le monde.

Deuxième règle : Ne jamais lâcher les enfants des yeux ! Plus ils sont petits, plus ils ont besoin de surveillance. Parfois les grands aussi ont besoin que vous jouiez au veilleur de nuit, happés par l’ambiance et le nombre.

J’ajouterais même qu’ils ont besoin de votre présence active.

Quand j’organise une fête de ce genre, tout se passe bien jusqu’à ce que les parents arrivent pour chercher leurs enfants… Nous discutons un peu ensemble, et les enfants en profitent pour se taper dessus avec leur épée, leur sabre… Oui, à chaque fête déguisée, les garçons viennent avec des armes… Mais même s’ils sont déguisés en sorcier, ils trouveront le moyen de se battre avec leur baguette magique ou leur balai ! Bref, moi je me désespère de voir mon salon se transformer en champ de bataille… Et je m’empresse de rassurer les parents en leur assurant que non, avant leur arrivée leur enfant ne sautait pas dans le canapé ! Théo descend de là tout de suite !

Il est donc essentiel que votre attention toute entière soit pour eux.

minions_006

Enfants sans surveillance

Ils auront besoin de vous pour trouver comment s’occuper, pour se lier les uns aux autres, pour oser se lever danser ou aller prendre un bonbon.

Si vous avez opté pour des activités manuelles, ils auront besoin que vous les guidiez à chaque étape.

Si vous avez opté pour une boum, il vous faudra sans doute danser et chanter avec eux. Eh oui ! (Enfin, s’ils sont petits, si vous vous mettez à danser la macarena au milieu de pré-ados de 12 ans votre enfant risque de se sentir très mal à l’aise. Mais dans ce cas-là, ils auront quand même besoin de vous pour animer la petite sauterie telle une GO de camping)

Troisième règle : Toujours les occuper !

J’ai une copine qui lors des goûters d’anniversaire qu’elle organise laisse les enfants se débrouiller tous seuls pour se trouver une activité dans la maison ou dans le jardin.

Mais comment est-ce possible ?!?

Moi, si je ne prévois pas de quoi les occuper à chaque minute de la petite sauterie, je les retrouve en train de sauter sur le canapé ou de se battre avec des objets (lire deuxième règle) !

Il faut dire que je n’ai ni enfant ayant le charisme nécessaire pour se faire écouter de ses camarades, ni grand jardin, et que j’interdis l’accès aux chambres ! Les possibilités de jeux autonomes s’amenuisent donc considérablement.

Donc moi je prévois en amont : des activités manuelles, des jeux, une bonne playlist qui leur plaira etc. et j’adapte au fur et à mesure de l’après-midi selon les enfants qui sont présents. Pas évident de réellement prévoir sans connaître les invités. Seront-ils calmes ou dissipés ? Aimeront-ils danser ou préféront-ils dessiner ? Si vous ne connaissez pas personnellement chaque petit invité, vaut mieux prévoir un peu de tout. Sinon vous pouvez cibler ce qui leur plaira le plus. Vous pouvez aussi laisser votre enfant vous guider et vous aider à préparer sa fête d’anniversaire. Après tout, c’est pour lui, il peut bien mettre un peu la main à la pâte !

Quatrième règle : gérer son temps.

Déjà, ne vous fixez pas une trop grande amplitude horaire.
Ce n’est pas le temps passé chez vous qui comptera aux yeux des enfants, mais sa qualité ! Donc inutile de vous lancer dans un 13h – 18h !

unnamed

Plus les enfants sont petits, plus la fête sera courte. Ils se lassent très vite, donc les activités proposées ne dureront pas pensez-y ! Et puis les très petits ont parfois le blues de leurs parents.

Prévoyez l’emploi du temps avant l’arrivée des enfants. Comptez 15/20mns pour les arrivées échelonnées des invités (pour occuper les enfants à ce moment-là, moi je prévois activité maquillage, déguisement ou dessin). Le gâteau prendra environ 30mns et le déballage des cadeaux 20mns (je le fais à la fin, pour un retour en douceur au calme).

Cinquième règle : ne vous mettez pas trop de pression.

Une chouette fête c’est bien, mais une maman stressée et énervée c’est beaucoup moins top. Ca pourrait même gâcher l’ambiance de la fête !

La maman d’Alice a organisé une méga party avec déco assortie, pêche aux canards et superbes cadeaux faits mains pour chacun des invités ? Et alors ? On ne fait pas un concours là ! Notre seul but c’est de faire plaisir à notre petit loup, qu’il se souvienne de la joie mise à lui préparer une petite sauterie, et du bonheur de jouer avec les copains. Donc pas la peine de tabler sur le formidable gâteau dont on a besoin de deux jours et deux nuits pour le réaliser, pas plus que des bougeoirs assortis aux ballons, eux mêmes assortis à la nappe du salon.

Basez-vous sur ce que vous aimez, affranchissez-vous du reste !

Moi par exemple, je suis une bille en travaux manuels… Donc la déco, j’en fais le cadet de mes soucis. Par contre j’aime cuisiner, alors je mise un gâteau simple qui épatera la galerie. Je mise aussi sur ma bonne humeur et mon côté fofolle pour égayer la fête ! Et puis c’est tout !

minions_002

L’important, c’est d’obtenir des enfants heureux !

J’espère que ce billet vous servira pour vous lancer dans une jolie fête.

Dans un prochain billet, je vous donnerais pleins d’idées d’animation qui ont fait leur preuve ici.

A bientôt !

 

Le petit train de la semaine

Quand MissTinguette avait 3 ans, comme tous les enfants de son âge, elle n’arrivait pas à se repérer dans le temps. Hier ? Demain ? Aujourd’hui ? Tout à l’heure ?

Alors lui demander de se repérer dans la semaine était tout à fait illusoire.

 » Elle vient quand mamie ?

– Samedi soir. »

Et une heure plus tard :

 » Elle n’est pas encore là mamie ? »

Du coup, nous parlions. Nous irions au Flunch dans 3 dodos, et puis dans 4 dodos ce serait l’école.

Et puis j’ai trouvé sur le site tomlitoo une idée ingénieuse. Je lui fabriquerais un petit train de la semaine pour l’aider à se repérer !

MissTinguette l’a adoré, il a rempli son rôle à la perfection ! C’était devenu notre petit rituel du dimanche soir. Nous enlevions chacune des étiquettes pour effacer notre semaine, tourner la page, remettre à zéro. Et nous le remplissions à nouveau d’étiquettes pour la semaine qui s’annonçait.

Alors, quand SirPouetPouet a eu 3 ans à son tour, j’ai refait ce train spécialement pour lui, mais en le solidifiant car la première version avait souffert des années. Comme ça MissTrouspette s’en servira à son tour le moment venu.

DSC06896

Je vous donne donc mes conseils liés à un usage intensif :

Ne collez pas les wagons séparément sur le mur mais fixez les d’abord sur une feuille épaisse que vous accrocherez au mur. C’est beaucoup plus solide ainsi.

Pour fixer les étiquettes, j’avais utilisé de la patafix dans ma première version. Dans la deuxième, j’ai choisi de découper des petites bandes de feuilles en plastique transparente et de les fixer avec du scotch. Ca fait ainsi comme de petites pochettes dans lesquelles on peut glisser les vignettes.

Je n’ai pas utilisé les vignettes proposées par le site, je les ai créées sur Word (ce sont des carrés de 4cms de côté)

Pour le reste, je vous laisse suivre la marche à suivre sur Tomlitoo

Bon bricolage !